Initiation à la Discipline positive dans une garderie

J’ai eu la joie de retrouver les parents de la garderie du Pré au bois à Vaucresson pour une initiation à la Discipline Positive. L’occasion de leur donner des éléments très concrets pour mieux comprendre et appréhender les comportements de leurs enfants, des outils pour fixer un cadre ferme, encourageant et bienveillant.

Ils ont pu ressentir, grâce aux jeux de rôle, ce que certaines expressions pouvaient générer comme impacts à la fois positifs et négatifs. Et comprendre la différence entre compliments et encouragements.

De quoi semer quelques graines pour accompagner leurs enfants dans l’acquisition des compétences psycho-émotionnelles essentielles : l’autonomie, le respect mutuel, la curiosité, la confiance en soi, le goût de l’effort, la bienveillance…

Si vous aussi vous souhaitez organiser une conférence ou un atelier thématique (écrans, harcèlement, confiance en soi…) dans l’école de vos enfants, envoyez-moi un mail : julie.renauld.millet@gmail.com

Atelier : « Porno : parlons-en à nos enfants avant qu’Internet ne le fasse! »

Jeudi 10 mars à 20H en présence (Paris 16).

L’âge moyen des enfants qui ont accès à des images pornographiques est actuellement de 12 ans. Cela n’a pas d’incidence sur l’âge auquel ils auront leur premier rapport sexuel mais davantage sur leurs pratiques. Hormis ces dangers, nous répondrons à vos questions autour de l’addiction, de l’âge auquel nous pouvons leur confier leur premier téléphone portable, des réseaux sociaux, des jeux vidéos.

Témoignages de parents venus assister aux précédentes sessions :

Nous vous encourageons à venir en couple, car il s’agit d’un sujet familial et il est plus facile d’appliquer le cadre à deux .

Inscription par mail julie.renauld.millet@gmail.com

Prochains ateliers parents le 7 janvier via zoom et en duo de 20h à 22H le jeudi

J’ai le plaisir de co-animer les prochains ateliers parents avec Sarah Pirat qui transmet comme moi la Discipline Positive aux parents. Nous vous proposons d’aborder les thèmes communs à nos vies de famille : conflits, opposition, découragement, confiance en soi, écoute, respect mutuel, place dans la fratrie… grâce à un mélange de théorie et de pratique en se mettant dans la peau de nos enfants pour mieux comprendre ce qui se passe pour eux. Les ateliers sont répartis en 7 soirées de 2 heures (20H à 22H), et comme en témoignent les parents, le temps passe très vite. Nous sommes heureux de nous retrouver une fois par semaine pour revenir sur les difficultés rencontrées et découvrir de nouveaux outils pour les surmonter, sans bouger de chez vous. Suivre les Ateliers en couple est un vrai plus car cela permet d’avancer ensemble sur le même chemin. Les inscriptions sont ouvertes, vous pouvez réserver votre place en envoyant un chèque d’acompte ou virement de 100€.

Dates – 7 jeudis de janvier à mars 2021 :

Jeudis 7, 14, 21 et 28 janvier. Puis 4 et 11 février. Et enfin le jeudi 4 mars

De 20h à 22h

Inscription par mail julie.renauld.millet@gmail.com (vous recevrez le lien zoom quelques jours avant)

Je ne suis pas la « numéro 3 »

Nous sommes nombreux à nous définir ou à définir nos enfants dans la fratrie en utilisant l’expression « Mon numéro 1 » pour parler de l’aîné, « Mon numéro 2 », etc. Le sordide fait divers en janvier dernier de ce père de famille californien qui a séquestré ses 13 enfants pendant 30 ans m’a mis la puce à l’oreille quand on a publié la photo de ses enfants portant chacun un numéro. Je me suis rendue compte que nous faisions parfois la même chose! Attribuer à son enfant – ou s’attribuer à soi-même – un numéro, m’est apparu totalement inapproprié et j’ai décidé de transformer cette expression de manière très simple, en me définissant comme « la troisième de la famille ». C’est un détail sans doute, mais la vie n’est-elle pas faite de détails…? Le rang dans la fratrie est important dans la construction d’un enfant, cela fait partie intégrante de son histoire, de ce qui le construira toute sa vie, il ne s’agit pas de le nier, bien au contraire. Il s’agit juste d’utiliser une formule plus adaptée et de laisser les « numéros » pour les tickets de laboratoire ou de Pôle Emploi.

Julie Renauld Millet, thérapeute systémique, accompagnements Parents Enfants