Coup de pouce aux enseignants

Le ministre de l’Education a de grandes ambitions pour nos enfants, et nous aussi! Et si vous pensez qu’il est plus facile de les déclarer que de les réaliser, nous avons des outils pour vous y aider.

Dans son courrier d’été adressé aux enseignants, Jean-Michel Blanquer leur confie : « Vous exercez la mission la plus noble qui soit, celle qui consiste à élever chaque enfant au meilleur de lui-même, par-delà et à travers toutes les différences et même toutes les difficultés. (…) Notre ministère est d’abord et avant tout celui de l’idéal. Nous avons tous choisi nos missions parce que nous croyons aux vertus de l’éducation pour que chaque personne se réalise. (…) Notre engagement, notre ouverture, notre bonne volonté, notre exigence bienveillante ont valeur d’exemple pour les enfants et adolescents dont nous avons la responsabilité. Amener chaque élève au meilleur de lui-même, tel est le sens que nous donnons à l’excellence. »

La Discipline Positive, telle qu’elle est proposée dans les écoles en France, permet d’accompagner les équipes pédagogiques dans cette recherche d’excellence, d’exigence bienveillante et d’éducation grâce à des outils concrets et efficaces. L’un des outils est le Temps d’Echange en Classe :

  • Les Temps d’Echange en classe : l’enseignant réunit tous ses élèves autour d’un agenda (projet ou problématique rencontrée avec un ou plusieurs enfant(s)). Dans un 1er temps, les enfants assis en cercle, sont invités à remercier chacun de leurs camarades pour quelque chose qu’ils ont dit ou fait. Cela permet de mettre tout le monde dans une atmosphère positive et généreuse. Puis la problématique est exposée, exemple : « aujourd’hui nous faisons ce temps d’échanges pour aider Aimeric à se concentrer en classe ». Tous les enfants, grâce à un bâton de parole, propose une solution, chacun à leur tour, et toutes les solutions sont écrites au tableau, de la plus  loufoque à la plus réaliste. Ensuite, l’enseignant demande aux enfants, pour chacune des solutions, si elles sont respectueuses, aidantes et reliées au sujet. Puis, le groupe choisit la ou les solution(s) à tester. Il est ici essentiel de faire participer tout le monde, de ne rien imposer, de faire émerger le plus possible de créativité.
  • Le grand bénéfice du Temps d’échange en classe est de ne laisser personne sur le côté, de solliciter chacun des élèves, se sentant ainsi importants, respectés, valorisés. Quelle que soit la problématique, celle-ci implique bien souvent plusieurs enfants, de façon directe ou indirecte. Même si nous cherchons, ici, des solutions pour aider Aimeric, celles-ci aideront toute la classe. L’enfant se sentira entouré et chacun pourra reconnaître que s’il est en difficulté, la classe se mobilisera pour lui.
  • Nous leur inculquons des valeurs aussi importantes que la coopération, l’altruisme, la réflexion, etc.

Cet outil parmi d’autres peut être enseigné par les formateurs en Discipline Positive dans les écoles.

Les nombreux outils et activités proposés par la Discipline Positive répondent à des difficultés telles que les conflits dans la classe ou dans la cour, le harcèlement, les perturbateurs chroniques, les enfants en retrait, l’agitation répétitive, etc.

Il existe autant de missions d’accompagnements qu’il y a de problématiques ou de projets éducatifs. Nous sommes là pour vous écouter et vous proposer la solution la plus adaptée.

Pour en savoir plus et poser vos questions : julie.renauld.millet@gmail.com

Formatrice en Discipline Positive Parents et Personne ressource dans les écoles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Cultivons la conscience de l’énergie qui motive nos actions »

Marshall Rosenberg, initiateur du concept de Communication Non violente (CNV), nous propose, à chaque fois que nous faisons un choix, de redevenir conscients du besoin qu’il sert.

Combien de To-do-list inachevées et jamais relues par découragement, par dépit, par manque d’énergie… avons-nous empilées ces dernières années? Toutes ces tâches qui commencent par « je dois », ou « il faut », nous mettent dans une perspective de soumission et d’exécution au nom de quoi? de qui? d’un principe? d’un devoir?

Est-ce qu’on ne pourrait pas transformer la to-do-list aliénante par des missions motivantes, constructives, vivantes?

Comment?

Listons ensemble toutes les tâches à accomplir d’ici la fin de cette semaine. Et pour chacune d’elles, reposons-nous la question des raisons qui nous poussent à les exécuter. Ce temps précieux nous invite à recréer du sens là où il n’y en aurait plus, voire à éliminer certaines tâches qui pourraient, tout à coup, nous apparaître inutiles.

Dès lors que nous mettons des mots sur le sens et la motivation qui se cachent derrière une tâche, son exécution génère une toute autre énergie. Marshall Rosenberg utilise l’exemple des conduites de ses enfants à l’école. Exemple qui résonne beaucoup chez moi.

Conduire tous les matins mes enfants à l’école, puis aller les chercher à la sortie, sur ma liste des « je dois », apparaît en tête. Et l’année s’écoulant, l’hiver se prolongeant, cette contrainte manque ces derniers temps cruellement d’énergie positive. Pourtant, il suffit de me poser la question des raisons qui animent cette contrainte : à quels besoins répond t-elle? Je choisis d’accompagner mes enfants à l’école parce que c’est l’école qui correspond à mes valeurs, qu’ils y ont leurs repères et que, ces moments-là me permettent de recueillir leur énergie du matin et leurs premières réactions du soir. Ce sont des moments importants pour eux, pendant lesquels j’ai la chance de me connecter à eux et d’observer leurs émotions à chaud. C’est précieux.

Et voilà comment une contrainte se transforme en mission constructive qui ne génère plus de frustration, avec piqure de rappel de temps en temps…

Mettre des mots sur les valeurs importantes qui motivent nos choix est un travail qui me semble très utile et surtout très efficace. Demain, j’aurai le sourire à 8H20, même s’il fait encore nuit!