Décoller les étiquettes

IMG_4541« Ça c’est mon petit casse-cou! »

« Lucie? Toujours dans lune! »

« Jérémy est colérique, je l’ai inscrit à la boxe! »

« Mes enfants m’ont offert une montre sur laquelle est écrit « toujours en retard » »

« Il est si sage en classe! On ne l’en-tend pas! »

« Paul a du mal à tenir en place, je suis obligé de l’isoler quand on organise des sorties scolaires ».

« Julie n’a jamais rien mangé, elle est un peu anorexique. »

Il existe autant d’étiquettes que d’êtres humains. Tantôt franchement négatives, parfois positives… à la surface. Car existe t-il une étiquette vraiment positive dans la mesure où toutes nous enferment dans des principes induits, des conclusions hâtives et trop souvent définitives?

Qu’avez-vous reçu comme étiquette quand vous étiez enfant? Avez-vous réussi à les dépasser?

  • Qui êtes-vous hormis ce que l’on dit de vous ou ce que l’on croit connaître de vous?

Vous est-il déjà arrivé de parler de votre enfant en le décrivant sous un seul de ses traits de caractère? Cela arrive souvent quand une facette de sa personnalité nous désarçonne, nous surprend, il est si différent de ses aînés, de nous-même… Nous ne mettons d’ailleurs pas tellement d’étiquette à l’aîné tant qu’il est seul et que nous n’avons pas d’élément de comparaison. Au départ, l’enfant aîné EST. Puis il sera plus que… moins que…. A l’inverse le puîné sera dès sa naissance observé non pas seulement en tant qu’être unique mais différent de son frère ou sa soeur. Après avoir eu un aîné calme nous découvrons que les bébés peuvent être agités, ou inversement et ce, tout au long de leur existence.

Les étiquettes peuvent être si puissantes qu’il est souvent difficile de s’en défaire. Elles peuvent aussi être confortables : « je suis le maladroit de service, pourquoi donc devrais-je aider à mettre la table puisque de toute façon je vais tout faire tomber? »

Dans tous les cas nous ne sommes pas ce que nous faisons, nous sommes un tout avec autant de forces que de faiblesses et pour développer nos forces, il nous faut être encouragés et valorisés sur nos atouts, notre potentiel, sur ce que l’on pense ne pas savoir faire, tout ce qui est encore bien caché. En mettant l’accent sur notre timidité, notre paresse, maladresse, agitation, gourmandise, sagesse… notre entourage ne se rend pas compte qu’il y a beaucoup d’autres qualités derrière les traits que tous soulignent à l’envi. Parfois ce sont nos propres enfants qui nous le rappellent, écoutons-les!

Aidons nos enfants à ne pas se laisser dévorer par leur étiquette en les mettant nous-même de côté le plus possible, en mettant la lumière sur le champ des possibles. Il y aurait moins de crises de milieu de vie si nous avions tous pu développer toutes nos qualités, nos envies, nos possibles dans la première partie de notre vie sans se laisser influencer par la pression sociale, les étiquettes, ce que les autres attendaient de nous….

Et vous, qui êtes-vous?

Julie Renauld Millet

julie.renauld.millet@gmail.com

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s