Avant nous recevions des claques et nous n’en sommes pas morts!

« C’est un caprice »

« Il lui faut des règles et des limites »

« C’est l’adulte qui décide, non? »

« On ne parle plus que de neurosciences, moi je veux des preuves scientifiques » (CQFD)

« Avant on recevait des claques et on n’en n’est pas mort »

« Pourquoi ce serait différent aujourd’hui? »

Ha… pourquoi ce serait différent aujourd’hui…? AVANT on y arrivait TRES bien, comment  ont fait nos parents, nos grands parents… « quand je vois le résultat avec toi, je me dis que ce n’était pas si mal ».

Avant… il existait le bâton dans les classes, à Saint J… on tirait sur les parties génitales des garçons quand ils ne savaient pas leurs leçons (pour mieux les retenir…?!). Avant on recopiait bêtement des lignes de « je ne lance pas mon stylo », en espérant que cela servirait de leçon (cela fonctionnait-il…?) Avant on laissait les bébés crier pour se faire les poumons, les enfants de 5 ans aller en pension. Avant (la naissance de ma fille, mais encore à la naissance de mon aîné) on montait sur le ventre des femmes pour les faire accoucher. Avant (hier), les femmes ne pouvaient pas conduire en Arabie Saoudite……..

La liste est longue de tout ce qu’on faisait AVANT et dont on n’est pas mort. Bonne nouvelle, on va pouvoir faire différemment, ou pas, apprendre, ou pas, comprendre, ou pas, s’améliorer, ou pas, construire, grandir, faire, grandir, transmettre, partager, créer du lien, trouver l’harmonie… ou pas.

Chacun fait fait fait ce qui lui plaît plaît plaît. Nous, avec la Discipline Positive, nous adressons à ceux qui ont envie de faire autrement, ceux qui veulent des solutions aux situations devenues infernales, ceux qui ne supportent plus être ainsi désemparés.

Nous proposons de décoder les comportements des enfants pour comprendre et adapter nos solutions afin qu’elles soient le plus efficace possible. Poser un cadre et des limites fait partie de nos objectifs mais il ne s’agit pas d’un cadre pour un cadre, à celui qui criera le plus fort ou qui punira le plus sévèrement. Il s’agit de limites que nous voulons voir respecter à long terme, avec l’engagement de l’enfant, sa responsabilité et son autonomie. Il s’agit de lui apprendre à s’arrêter au feu rouge pour ne pas écraser les passants et non pour éviter l’amende. Tout est là.

Il y a des choses merveilleuses à garder précieusement du passé, et à transmettre à nos enfants. Et on va pouvoir puiser dans tout ce que nous apportent les neurosciences (hou le vilain mot!!!), le monde d’aujourd’hui, les travaux et recherches des psychiatres et pédiatres… sans pour autant faire culpabiliser nos aïeux.

Avant… c’était différent.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s